Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 21:21

Le printemps revient.
Mes amis m'apportent des fraises et de la viande.
C'est leur souffle sain qui m'écorche.
Je dois me terrer pour leur échapper.

Par l'orifice de mon terrier
je les écoute partir.
(avec leurs bras qui m'aiment
et leurs vies qui m'insultent.)

De mon trou sous la terre
je vois des morceaux du ciel.


Les fleurs et les bourrelets_ENORMES,
sur l'habit bleu
de la femme aux bras nus solides et mous
confirment le printemps.
(J'entends les rumeurs d'un barbecue.)

Quelque part enterrée,
je sens fleurir son corps.
C'est de sa chair,
vaste et vive,
qu'émane le printemps.
Elle est si grosse que je n'ai jamais pu tout voir.

(De mon trou dans la terre
je sens la douceur de la nuit d'été
enfler de sa robe.
Elle est si grosse que je n'ai jamais pu tout voir.)

Je dois me tasser dans ma grotte
aux parois d'hiver qui suinte,
pour préserver mon corps
des appétits qu'il ne saurait avoir.

Le printemps revient.
De mon terrier j'entends du mouvement.
Je soupçonne chaque organisme de profiter du moment.
 


"your scent is still here, in my place of recovery" (milk it)
______________________________________________________________________
 

 

Le printemps revient.
mes amis m'apportent des fraises et de la viande.
c'est leur souffle sain qui m'écorche,
je dois me terrer pour leur échapper.

De mon trou sous la terre,
je vois des morceaux du ciel.
sur ma peau,

la lumière glace / le jour pétrifie.

Le printemps est là.
quelquepart enterrée,
je sens la nuit descendre
et les femmes épaisses
qui préparent la chaleur des soirs.

ma propre odeur me pique.

 

 

(en fait c'était un rêve, j'ai du mal à le transcrire, alors j'ai fait 2 versions)

Repost 0
Published by Mu - dans Textes
commenter cet article
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 11:53



L'univers se résorbe...

Dans les tableaux visqueux
contractés par William S. Burroughs,
au milieu des flammes et des viscères,
Traîne Kurt Cobain,
ivre de chiures, d'organes et de sarcasmes.

Parmi les autres
qui baisent et qui brûlent,
se torturent et s'émasculent,
Cobain récite les tables
de la loi du punk rock,
pour obtenir
son admission réglementaire.

Mais Cobain fabrique du lait,
ses glandes mammaires le trahiront.

L'univers se rétracte,
Les viscères séchent à leurs extrémités,
la terre se tasse.

Les orgies de Burroughs sont fertiles,
et le lait de Cobain fut bien bon
pour des fruits bléssés,
mais des fruits quand même,
qui -reposez en paix- semeront leurs graines.

Repost 0
Published by Mu - dans Textes
commenter cet article
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 11:23

Toujours dans le sous-sol,
les petits écoutent leurs frères disparaître.

Au-dessus,
les monstres s'écartèlent et les lois se rengorgent.

Coincés dans la boue du sol,
les petits pleurent pour la ramollir.

Ils pétrifieront
s'ils ne remuent pas.

Repost 0
Published by Mu - dans Textes
commenter cet article
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 15:33



Bob était là
comme un accident sur la route
qui répandait ses tripes et son sang
sans se soucier du grabuge.

Bob était là
comme un accident sur la route
qui répandait son coeur et ses tripes
pour en nourrir d'avantage.

Repost 0
Published by Mu - dans Textes
commenter cet article
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 11:32


Le monde est bien noir, Abraham,
              descends et regarde_
Tu n'existes même pas

et déjà,

je te réserve un mauvais sort.


Je te rendrai à la jungle, Abraham,
             mais tu en verras d'autres_


    ( j'ai deux épines et un clou
                 au coeur.)


             ( inutile de cicatriser,
             il y en aura d'autres_)


Le monde est noir, Abraham
              descends et regarde_


Même si tu ne comprends rien
aux couleurs,

tu les mangeras toutes_

Digère pour moi,

Abraham,

et je te rendrai à ta jungle.


Le monde est noir,
             mais ta peau le surpasse.

 

 

(janvier 2004)

Repost 0
Published by Mu - dans Textes
commenter cet article
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 11:29

abraham lianes n&b

Derrière toi, ta mère cicatrise.
Dans son grand corps elle garde tout.



Ta présence
                             ne change rien.

Ton absence



Rien à la pourriture, au moite et au sanglant

que son grand corps abrite.



Tu peux courir, Abraham,

la jungle ne te suivra pas.

 

 

(janvier 2004)

Repost 0
Published by Mu - dans Textes
commenter cet article
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 11:24


Le  monde te rattrape, Abraham. Cours vite_
Derrière toi la jungle fermente.
La terre se clos, Abraham

Loin derrière toi, la jungle s'enferme.
    Entre deux mondes,
    Abraham s'essoufle,       
cherche à se perdre,
              ou à comprendre...
L'organisme en alerte,            
l'origine végétale,   
Abraham broie du minéral et
                galope,
             galope,
                vers la jungle de béton.

 

 

(15 janvier 2004)

Repost 0
Published by Mu - dans Textes
commenter cet article
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 13:10


    L'eau de la dernière pluie
   
est plombée,
   
ceux qui s'y frottent y coulent.


L'eau tombe, chargée d'un poids qui n'est pas le sien,

elle plombe,

ceux qui se mouillent déchantent.


    L'eau de la dernière pluie pèse lourd,
       les prochains choux donneront des petits blindés.

 

(fin 2003)

Repost 0
Published by Mu - dans Textes
commenter cet article
5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 10:19


Au bout de leurs ongles
sèche la peau des contemporains:

    un vieil épiderme,
    qu'épousait un derme mou,
    ces tissus gris
    qu'ils auraient dû remplacer,
    de toutes façons.


Entre leurs dents,
des restes de leurs cornes,
toutes striées de luttes,
    qu'ils auraient fini par user,
    de toutes façons.

Repost 0
Published by Mu - dans Textes
commenter cet article
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 18:57


Les gens se dénudent; ils laissent
pendre leurs peaux
pour extraire le charme local qui les habite.

Leur dos comporte de grands cernes
qui tombent tristement,
chargées d'âges et de graisses.
Mais leurs remous rassurent,
parlent d'une satièté méritée,
ils ignorent les tas d'os qu'ils remuent.

Leurs enfants sages
divisent des fratries en équipes
et s'affrontent.
Ils subdivisent leurs clans
en entiers,
et des poussières;
leurs comptes sont toujours impairs,
celui qui reste s'inquiète.

Les bébés trempent,
bien décorés.
Ils ignorent encore toutes les menaces
du marchand de sable,
des rouages dentés,
de la nappe d'hydrocarbure qui flotte à cent mètres.

 

(été 2003 ?)

 

P.S: il y avait vraiment un gars avec un mégaphone sur un canot pneumatique,

qui gueulait, exactement comme on vend des chouchous,

qu'il ne fallait pas trop s'éloigner du rivage à cause de la nappe d'hydrocarbure.

Et il y avait vraiment des bébés qui flottaient.

(comme de vrais morceaux de fruits dans le yaourth)

Repost 0
Published by Mu - dans Textes
commenter cet article

Le Blog De Mu

  • : lithium.X.Y.U. - Le blog de Mu
  • lithium.X.Y.U. - Le blog de Mu
  • : Euh... La cosmogonie de vidéos d'animation ? Les brouillons, notes, storyboards, dessins, photos, images, textes qui génèrent une vidéo d'animation (stop motion)... ou pas.
  • Contact

Recherche

Catégories