Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 16:16


L'entrelacs des routes.
Des chemins informes,
mais amers.
Des passages immenses,
mais pourris.

L'embarras du choix,
dans le jour qui tombe
explose nos poumons.

 
Le loup mange le chien.

 

(juin 2002)

Repost 0
Published by Mu - dans Textes
commenter cet article
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 15:33

J'ai des sensations d'univers
qui m'accablent.
Des trucs énormes,
insaisissables.

 

(juillet ? 2002)

Repost 0
Published by Mu - dans Textes
commenter cet article
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 01:49

J'ai environ six ans, c'est l'hiver.
C'est le matin, très tôt, la maison est encore obscure et calme.
La famille se réveille, je suis en pyjama.

Ça frappe à la porte d'entrée.
Mais pas à celle du sud, par laquelle on passe.
C'est à La Porte d'Entrée, L'Officielle, celle du nord, la froide, 
celle que les gens qu'on aime n'utilisent jamais.


Au travers du glacial verre dépoli,
je vois se tenir une forme dans la lumière diffuse et grise.
Ça fait humain, mais c'est un peu trop grand. Un peu trop maigre.
Un peu trop rouge.

Qui ouvre la porte?
Moi? Mon père? L'une de mes sœurs? Ma mère?
Peut-être était-ce lui-même...

Il me pétrifie.
C'est le père Noël.
Son manteau rouge et flasque cache un vide terrifiant.
Il essaie de le dissimuler, mais je vois bien que sous son manteau,

il n'y a rien.
Les manches flottent.
Il n'a pas de corps.
Il n'est qu'une tête de ken en plastique,

directement fichée sur une paire d'échasses.
Il a mis des chaussures en bas des bouts de bois, pour faire illusion.
Il est trop grand, trop maigre, trop vide, ses cheveux sont trop en plastique, son sourire aussi.

Il est fait comme un dessin d'enfant;
un bonhomme sans ventre, juste une tête souriante,
avec des jambes trop longues pour remplacer l'espace manquant.

Il est fait comme un dessin d'enfant, mais avec des objets réels.
Des concepts d'adultes, destinés aux enfants.

Il est structuré par une logique d'enfant, mais se compose de choses affreuses...
Cette horrible tête qui fige cet horrible idéal masculin...
Ce manteau criard (c'est un rouge très moche) qui pue lui aussi l'artifice,
ce cache-misère qui dissimule ces bois de potence... Ce vide qui sent la mort.



Son anatomie est atroce. Ce truc n'est pas viable.

Mais il est là,

et

il se tient.



Toute ma famille est saisie d'effroi.
Toute ma famille a peur du père noël.
Toute ma famille a toujours eu peur du père noël.
C'est comme si elle s'attendait à ce que sa visite arrive un jour,
et que ce moment redoutable était enfin là.

Je cours me cacher sous les coussins des fauteuils du salon.
Je suis assez petite pour ressembler à un coussin.
Ma famille se disperse.
Où vont-ils se cacher, eux?

Sur le carrelage, j'entend ses lents pas sinistres, irrévocables.

 

(rêvé vers 1988)

 

dessins d'enfant

Repost 0
Published by Mu - dans Rêves
commenter cet article
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 21:10

                            lithium.X.Y.U.

  Bienvenue! Sur ce blog, voici des éléments qui gravitent (plus ou moins loin) autour de ma fabrication de films d'animation...

 

 

 

 

 

 

 
Repost 0
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 20:47

Du plateau, je sens tout.
Encrée à la terre, portée dans le ciel.

 

Les bras s'ouvrent et s'amplifient.
Les vignes encore plus.

Les pieds promènent leurs tendons
secs et solides
parmi les sarments.

Chaque soir de l'été
mélange mon corps à l'air.

Les odeurs
appellent les chants...
                    chants d'ailleurs...
                    chants de toujours.

De Gadagne, je vois le Luberon.
Les directions
sont toutes bonnes
à prendre.
Envie de croire en dieu,
pour remercier.

 

(environ juin 2002)

Repost 0
Published by Mu - dans Textes
commenter cet article
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 13:42

Tourner sur le plateau
aride
à la recherche de ma dimension
(d') humaine.
ma géographie préférée.
De Gadagne, je vois partout.

Je suis un morceau du sol,
_mêmes peaux
_mêmes textures,
Le soleil me mélange à lui
_même couleur
_même température.

Ici la terre élève
des vignes et des jambes,
des branches et des os
noueux, secs.

Elle donne de la peau et des cailloux chauds, lisses, dorés,
et elle les rend heureux.
Le soleil fait aimer la chair comme la terre.

 

(environ juin 2002)

Repost 0
Published by Mu - dans Textes
commenter cet article

Le Blog De Mu

  • : lithium.X.Y.U. - Le blog de Mu
  • lithium.X.Y.U. - Le blog de Mu
  • : Euh... La cosmogonie de vidéos d'animation ? Les brouillons, notes, storyboards, dessins, photos, images, textes qui génèrent une vidéo d'animation (stop motion)... ou pas.
  • Contact

Recherche

Catégories